Le folklore français en illustrations

Les illustrations de cette rubrique proviennent de mon livre intitulé :

Le folklore français illustré : Monstres, bêtes et créatures de nos belles régions françaises.

Retrouvez les diverses illustration sur des produits dérivés : T-shirts, coques de téléphone, tableaux, ...

Un coup de cœur? Retrouvez les produits chez nos partenaires :

Warabouc

folklore du bassin parisien

Le Basajaun

folklore Pays Basque

Voirloup

folklore parisien

Soucougnan

folklore des Antilles

La Roumèque

folklore des Sévènes

Père Fouettard

folklore d'Alsace

Marie Grauette

folklore du Nord

Le Lébérou

folklore de Dordogne

Le Lou drapé

folklore du Nord

La lavandière de la nuit

folklore français

Le Dahu

folklore francais

Korrigans

folklore de Bretagne

La Groac'h

folklore de la Bretagne

La Gargouille

folklore de Rouen

Le Croquemitaine

folklore français

Cocatrix dans l'œuf

folklore francais

Chat d'argent

folklore Bretagne Gascogne

Le Carcolh

folklore d'Hastingues

La Came Cruse

folklore Gascogne Landes

Le Bitard

folklore Poitiers

La Bête d'Angles

folklore Vendee

La bête du Gévaudan

folklore Lozere Ardeche

Le Basilic

folklore français

L'Ankou

folklore breton

Qu'est-ce qu'un conte populaire ?

Les contes populaires sont généralement appelés "contes de fée" (bien que les fées ne sont pas si fréquentes dans le folklore français), mais la portée de ce terme est légèrement différente : les contes populaires couvrent un éventail de genres plus large que les contes de fée.

Durant les réunions nocturnes, appelées "veillées" en français, les contes populaires étaient un moyen pour les habitants des communautés rurales de passer le temps et d'écouter des histoires tout en effectuant des travaux manuels (tels que le filage par exemple). De cette manière, les contes populaires français étaient essentiellement l'une des rares formes de divertissement qui pouvaient être transmises dans les communautés rurales.

Comme ces traditions orales n'étaient pas conservées sous forme écrite, elles étaient en principe vouées à disparaître, sauf accident (par exemple, des personnalités littéraires ou des prédicateurs les ont empruntées et mises par écrit). Ce n'est qu'au XIXe siècle que la situation a changé. Avec l'unification sous une langue nationale et une identité commune, les contes populaires ont été communiqués et écrits. La plupart des contes populaires français, dont les frères Grimm sont célèbres, ont été collectés entre 1870 et 1914 : l'âge d'or de la recherche folklorique.

Quelle est l'influence de Charles Perrault dans le folklore français ?

Les Contes de Perrault, publiés en 1697, forment le plus célèbre recueil de contes populaires français. C'est aussi le livre de base de Disney. Perrault ne s'est pas contenté de les écrire, il a aussi revalorisé la tradition orale des paysans par un langage littéraire. En outre, alors que les contes populaires étaient à l'origine racontés à des personnes de tous âges, Perrault a limité son public aux enfants. À cet égard, les histoires de Perrault sont considérées comme les premiers contes de fées français.

Mais le genre des contes de fées est également né au XIXe siècle en tant que genre de publications. En ce sens, il serait anachronique de qualifier le recueil de contes de Perrault, publié à la fin du XVIIe siècle, de contes de fées. Les contes de fée sont également différents des contes populaires qui circulaient dans la société paysanne.

Quelle différence entre contes de Perrault et contes de Grimm ?

Vous connaissez probablement la version du Petit Chaperon rouge de Perrault ou de Grimm, mais avez-vous remarqué des différences ? La première chose que vous remarquerez est qu'elle ne s'appelle pas "Petit Chaperon rouge" mais simplement "Petite fille". C'est en fait Perrault qui a mis le chaperon rouge à la villageoise et l'a rendue si jolie que sa grand-mère ne voulait même pas la regarder. Dans la version de Perrault, la grand-mère et le chaperon rouge sont tous deux mangés (c'est une fin malheureuse). Dans la version Grimm, ils sont mangés puis sauvés par le chasseur (happy end par d'autres moyens).

Perrault termine chaque histoire par une leçon. La première ligne dit "enfants paresseux", mais elle n'est pas destinée aux jeunes enfants. Elle est clairement destiné aux jeunes filles avant le mariage, car il leur dit de se méfier des beaux hommes de la société aristocratique. En ce sens, il ne s'agit pas simplement d'un conte de fées. Le système scolaire moderne n'a été établi qu'au XIXe siècle, il est donc clair que la version de Grimm était destinée à un public éducatif d'enfants, alors que la version de Perrault, datant du XVIIe siècle, n'aurait pas eu l'idée d'enfants comme objets éducatifs et encore moins d'un système scolaire moderne. Bien que les préceptes de Perrault s'adressent superficiellement aux enfants, ils sont en réalité destinés à des enfants qui ont déjà fait leurs débuts dans la société.