Matsuri : les fêtes traditionnelles japonaises

Quand le Matsuri a-t-il commencé ? Découvrez les origines et la genèse des Matsuri pour en profiter pleinement dès votre arrivée au Japon. À l'approche des festivités, les villes sont pleines d'énergie et de joie. Mais quand les festivals d'été ont-ils commencé, et dans quel but ?

Dans cet article, nous allons revenir sur les origines des Matsuri et vous allez découvrir quelques-uns des festivals les plus célèbres du Japon, comme le festival Nebuta d'Aomori et le festival Tanabata de Sendai.

Découvrez ce que les japonais célèbrent et ce pour quoi ils prient, pour mieux vous immerger dans la culture japonaise lors des Matsuri d'été.

Sommaire :

Les Matsuri au Japon : aux origines des festivals japonais

Les danses, élément essentiel des Matsuri, trouvent leur origine dans la légende d'Amano-Iwato.

Amaterasu Omikami, la déesse du soleil, était effrayée par son frère Susanoo-no-Mikoto. Celui-ci vint lui rendre visite et il était si excité qu'il ravageait les rizières et détruisait les toits. Amaterasu était effrayée par Susanoo mais aussi en grande colère, alors elle demanda de l'aide aux autres dieux qui ne bougèrent pas d'un pouce. Amaterasu s'en alla se cacher dans une grotte, loin de tous et sa lumière s'arrêta de luire sur terre et dans le ciel. Le monde était plongé dans l'obscurité, et toutes sortes de catastrophes se produisaient.

Pour faire sortir Amaterasu, Ame-no-uzume, une grande danseuse, agitait ses fesses et dansait. Les dieux en ont tellement ri qu'ils se sont tous mis à danser ! Amaterasu fut intriguée par tant d'agitation et elle jeté un coup d'œil. Elle sortit, puis on boucha l'entrée de sa grotte pour qu'elle ne se cache plus jamais. La lumière du soleil était de retour.

C'est l'épisode du célèbre "Amano-Iwato-Kakure", qui serait à l'origine du Matsuri du sanctuaire, et qui est consigné dans le plus ancien livre historique du Japon, le Kojiki (712).

Depuis lors, les festivals japonais sont organisés dans les sanctuaires et les temples sous forme d'événements et de rituels. "Le mot "matsuri" signifie originellement "remercier les dieux par des offrandes sincères".

Au cours de la période Heian (794-1185), des sanctuaires portables ont été introduits pour permettre aux dieux de descendre du sanctuaire dans la ville. Au cours de la période Edo (1603-1868), des divertissements tels que des chars religieux et des feux d'artifice ont été ajoutés. Les Matsuri sont progressivement passé d'un intérêt religieux à un intérêt social pour le peuple.

Le Matsuri est devenu, au fil du temps, un événement communautaire. On prie pour une bonne récolte dans l'agriculture et la pêche, ainsi que pour la santé et le bonheur de la famille.

Quelle est la différence entre les Matsuri, selon les saisons ?

Le Japon a quatre saisons, et chaque saison a son propre type de Matsuri.

Le printemps est la saison de la plantation du riz et l'automne celle de la récolte. Les Matsuri de printemps sont organisés pour prier pour une bonne récolte, tandis que les Matsuri d'automne sont organisés pour remercier pour l'abondance des récoltes.

L'été est la période des épidémies urbaines. Dans les campagnes, les fêtes étaient souvent organisées pour chasser les parasites qui dévoraient le riz et pour éloigner les typhons. La danse Bon est issue de la danse Nembutsu, qui était exécutée pour prier pour les morts.

En hiver, une fois la récolte terminée, les dieux des champs sont honorés et une fête du Nouvel An est organisée pour accueillir la nouvelle année.

Les Matsuri varient d'une saison à l'autre, mais chacun d'eux contient les souhaits existentiels du peuple japonais. Ces souhaits n'ont pas changé au fil des ans, c'est pourquoi les Matsuri ont été préservés de génération en génération.

Comment profiter d'un Matsuri ?

Pour tirer le meilleur parti d'un Matsuri, ne manquez pas les occasions uniques qu'il vous offre !

Le Mikoshi, le char portant la divinité d'un temple, ne peut être vu de près qu'une fois par an. Certains Matsuris, comme le festival Nebuta d'Aomori, permettent à quiconque de se joindre à la danse sans réservation. C'est un excellent moyen de se lâcher et de danser avec le reste de la foule ! Vous pouvez également louer de superbes costumes dans une boutique professionnelle pour ajouter du charme à l'ambiance festive.

La meilleure façon de se rendre au Matsuri est de prendre les transports en commun, car des restrictions de circulation sont en place et les parkings sont bien souvent occupés. Garez votre voiture un peu plus loin et prenez le train ou le bus.

Si vous portez un yukata (kimono en coton léger), faites attention à la foule et prenez soin à vos chaussures. Les parapluies peuvent rendre la marche difficile dans la foule, alors si vous avez besoin d'un vêtement de pluie, des vêtements de pluie légers sont utiles !

Les Matsuri essentiels à la culture japonaise

Le Aomori Nebuta Matsuri

Si la région de Tohoku compte autant de Matsuri uniques et passionnés, c'est parce qu'elle déborde d'énergie avant le long et rude hiver. Vous pouvez sentir l'énergie dans l'air pendant que vous regardez.

D'autre part, il existe aussi des Matsuri plus tristes et mélancoliques.

Morioka Sansa Odori (Préfecture d'Iwate)

Le Morioka Sansa Odori est un Matsuri de danse organisé dans la préfecture d'Iwate.

Du 1er au 4 août de chaque année, environ 35 000 personnes participent à cet événement. Les rythmes puissants de quelque 1 500 flûtes et de plus de 15 000 tambours résonnent dans les bâtiments tandis que des danseurs en yukata (kimono d'été) défilent dans les rues.

Les origines du Matsuri remontent à la période Edo. Les dieux ont capturé les démons et leur ont fait apposer l'empreinte de leurs mains sur les grands rochers Mitsuishi dans l'enceinte du sanctuaire Morioka Mitsuishi, pour qu'ils ne se comportent plus jamais mal ("empreintes de mains sur des rochers" : C'est aussi l'origine du mot '"Iwate"). Le Matsuri commence vraiment lorsque les villageois heureux dansent autour du Mitsuishi en disant "Sansasansa".

Festival Tanabata de Sendai (préfecture de Miyagi)

Une tradition estivale de banderoles flottantes.

Pendant le festival, les décorations de Tanabata ornent les rues commerçantes et rivalisent de splendeur. Le Matsuri se caractérise par l'utilisation de véritables branches de bambou et de papier washi. Des branches de bambou de 10 mètres de long, coupées dans les montagnes, sont décorées avec des décorations en papier washi qui ont été préparées pendant plusieurs mois.

Introduit au Japon depuis la Chine à l'époque de Nara (710-794) et apprécié par la cour, le Tanabata s'est répandu dans le grand public à l'époque d'Edo (1603-1868) comme moyen de souhaiter la bonne chance. À Sendai, Date Masamune aurait encouragé le Matsuri Tanabata afin d'améliorer la culture, et il a prospéré sous son règne.

Festival Hanagasa de Yamagata (préfecture de Yamagata)

Les Hanagasa (chapeaux de carthame) dansent avec splendeur.

Le Yamagata Hanagasa Matsuri (Matsuri de Yamagata Hanagasa) était à l'origine un défilé qui faisait partie des Matsuri d'été. Il devenu un Matsuri distinct en 1965.

Un total de 10 000 danseurs s'alignent sur six rangs et exécutent diverses danses tandis que les tambours Hanagasa résonnent bruyamment. Les danses sont exécutées au rythme des tambours taiko Hanagasa.

Tokyo Koenji Awa Odori (Tokyo)

Il s'agit d'une danse traditionnelle dans les rues de Koenji, au son des tambours taiko et des shamisen.

Ce Matsuri d'été a été lancé en 1957 en même temps que le Matsuri annuel du sanctuaire de Hikawa à Koenji, afin de revitaliser la rue commerçante.

Le Matsuri s'est développé sous la direction de danseurs de la préfecture de Tokushima, et un total de 10 000 danseurs y participent. Hommes et femmes de tous âges dansent dans les rues de Koenji aux sons entraînants des flûtes, des tambours et des shamisen. Certains des danseurs viennent de Tokushima, la ville d'origine du Matsuri , et l'enthousiasme qu'ils dégagent est suffisant pour vaincre la chaleur de l'été !

Festival Akita Kanto (préfecture d'Akita)

La lumière du Matsuri de Kanto remplit les rues.

Chaque année, plus de 1,3 million de personnes se rendent à Akita pour assister au festival Kanto, où une perche de bambou de 12 mètres de long pesant jusqu'à 50 kg est facilement transférée d'une extrémité à l'autre.

On dit que la forme originale du Matsuri était le "Nemuri-nagashi", au cours duquel des bandes de papier sur lesquelles étaient écrits des vœux étaient flottées sur la rivière. Les poteaux représentent des épis de riz et les lanternes des balles de riz.

Festival Owara Kaze no Bon (préfecture de Toyama)

Le festival Owara Kaze no Bon se déroule au son du kokyu (violon japonais) et du shamisen (banjo japonais à trois cordes), et les danseurs vêtus de yukata (kimono d'été) et de chapeaux tressés dansent tranquillement. Chaque ville a ses propres caractéristiques, et chaque danse laisse entrevoir une beauté raffinée dans sa simplicité.

Les origines du Matsuri remontent à la période Genroku de l'ère Edo (1603-1867), lorsque les habitants de la ville étaient si heureux de récupérer le "Machiken Gohboku-tsuki" (autorisation de construire une ville), qui avait fuité, qu'ils ont dansé pendant trois jours et trois nuits. Le nom "Kaze no Bon" proviendrait du festival du repos du vent et de l'événement Bon Matsuri.

Festival Dekansho (Préfecture de Hyogo)

Le plus grand Matsuri de Sasayama. Dekansho-bushi est l'une des chansons folkloriques les plus célèbres du Japon et elle est chantée dans tout le pays. Des visiteurs venus de loin tournent autour dansent sur l'air de la chanson. On dit que le mot "dekansho" n'a pas de signification particulière ou qu'il est dérivé des noms de trois philosophes, Descartes, Kant et Schopenhauer.

Le Matsuri, avec son spectaculaire feu d'artifice, a été lancé en 1952 en combinant les danses Bon qui avaient été organisées séparément dans l'ancienne ville de Sasayama.

Festival de Shimizu Minato (préfecture de Shizuoka)

Ce Matsuri se tient chaque année du premier vendredi au dimanche du mois d'août autour de la gare JR Shimizu et de la jetée Hinode. Un total de 20 000 personnes participent au "Minato Kappore So Odori", un puissant spectacle de danse. Un feu d'artifice est également organisé le dernier jour du festival.

Le festival a débuté en 1947, juste après la fin de la guerre. Le Matsuri est né du désir d'égayer d'une manière ou d'une autre la ville dévastée par la guerre et d'encourager le port de Shimizu à se relancer en tant que port commercial.

Bicchu Takahashi Matsuyama Dance(préfecture d'Okayama)

Le Bicchu Takahashi Matsuyama Odori (danse Bicchu Takahashi Matsuyama) est l'une des plus grandes danses Bon de la préfecture. Il se tient chaque année pendant trois jours, du 14 au 16 août, principalement dans la rue principale située devant la gare Bicchu Takahashi. Il existe deux types de danse : le "Ji Odori", où les gens dansent en cercle en portant des chapeaux tressés et des yukata (kimono d'été), et le "Shigumi Odori", où les gens dansent en costume de samouraï.

La danse ji-odori a débuté en 1648 et a été exécutée pour célébrer une bonne récolte et la prospérité de la ville. Le Jigumi Odori a vu le jour en 1744 lors d'une beuverie dans le château. On dit qu'il était apprécié par les enfants des familles de samouraïs qui n'étaient pas autorisés à voir le Jidori Odori.

Awa Odori (Préfecture de Tokushima)

Les rythmes entraînants des instruments de musique résonnent dans toute la ville, et des groupes appelés "ren" exécutent une grande variété de danses chorégraphiées. Plus de 100 000 danseurs venus de tout le Japon participent à ce Matsuri.

On dit qu'il est né pendant la période Azuchi-Momoyama (1586), lorsqu'un édit a été publié pour célébrer l'achèvement du château de Tokushima en disant "vous pouvez danser comme vous voulez", mais la théorie actuelle est que le Bon Odori a été créé sous l'influence du divertissement populaire.

Festival des lanternes de Yamaga (préfecture de Kumamoto)

Un fantastique festival d'été qui illumine la nuit à Yamaga. Le point culminant du Matsuri est la "danse des lanternes pour mille personnes", au cours de laquelle les gens dansent avec des lanternes traditionnelles faites uniquement de papier japonais et collées sur leur tête. Une scène fantastique se déroule sous vos yeux alors que de multiples anneaux de lumière émergent de l'obscurité.

Les origines de la danse remontent à la première moitié du 4ème siècle, lorsque l'empereur Keiko (le 12ème empereur, père de Yamato Takeru) fut bloqué par un profond brouillard. Les origines du Matsuri remontent à l'époque où les villageois accueillaient l'empereur Keiko (le 12e empereur, père de Yamato Takeru) avec des torches. Depuis lors, les villageois vénèrent l'empereur au sanctuaire d'Omiya et lui offrent une torche chaque année.

Festival de Yosakoi (préfecture de Kochi)

Le Matsuri Yosakoi, créé en 1954 pour rivaliser avec la danse Awa Odori de Tokushima, est l'un des festivals d'été les plus célèbres du Japon.

Les danseurs sont habillés de magnifiques costumes et dansent en parfaite harmonie avec Naruko. Le compositeur de la danse Yosakoi Naruko, Eisaku Takemasa, a permis aux danseurs de créer leurs propres arrangements, de sorte que la chorégraphie va du classique au rock en passant par la samba. Les performances énergiques de quelque 190 équipes ne manqueront pas de vous fasciner.