Kamon : le blason japonais

Dans l'Héraldique, c'est-à-dire dans le domaine des blasons, le blason familial japonais est appelé "kamon" : 家紋.

Ce type d'écusson est typique du Japon et on l'associe à la famille ou au clan auquel on appartient.

De manière très général, un blason est un dessin qui identifie et désigne un individu, une famille, une organisation, une institution, une force militaire ou tout autre groupe.

Qu'est-ce qu'un blason familial ?

Dans l'Héraldique, c'est-à-dire dans le domaine des blasons, le blason familial japonais est appelé "kamon" : 家紋.

Ce type d'écusson est typique du Japon et on l'associe à la famille ou au clan auquel on appartient.

De manière très général, un blason est un dessin qui identifie et désigne un individu, une famille, une organisation, une institution, une force militaire ou tout autre groupe.

Les 10 grands Kamon du Japon

Il existe d'innombrables blasons de famille Kamon, mais les dix plus utilisés sont

"Les grands blasons de famille (⼗⼤紋 )".

Tachibana (橘)

Il s'agit d'un petit arbre à feuilles persistantes appartenant à la famille des mandariniers. Ce Kamon était très apprécié par les ouvriers.

Le lierre (蔦)

Par son fort pouvoir de reproduction, le lierre est un symbole de prospérité. Il était le motif préféré de nombreuses personnes, des shoguns aux roturiers, pendant la période Edo.

L'oxalis (片喰)

Comme il s'agit d'une mauvaise herbe qui se propage vite, on dit qu'elle est le blason des familles qui se répandent le plus au Japon. Mais on l'utilise aussi indépendamment du statut, de la profession ou de la famille.

Le Myoga (茗荷)

Il est populaire comme blason familial pour obtenir les bénédictions des dieux du shinto et de Bouddha. Cette plante était particulièrement populaire parmi les familles de samouraïs.

Le cognassier élégant (木瓜)

Il s'agit d'un blason familial largement utilisé par des personnes de tout âge.

L'Omadaka (沢瀉)

On appelle aussi cette plante "herbe de la victoire" car ses feuilles ressemblent à des rangées de pointes de flèches, le rendant très populaire parmi les familles de samouraïs.

Le paulownia (桐)

À l'origine, le blason du paulownia était utilisé par la famille impériale et par d'autres familles de haut rang.

Les plumes de faucon (鷹の羽)

Il s'agit de l'un des blasons familiaux les plus représentatifs avec un motif animal.

C'était le motif favori des seigneurs de guerre qui s'enorgueillissaient d'apprivoiser leurs braves faucons. Les plumes de faucon étaient très populaires auprès de la classe des guerriers.

Le chêne (柏)

On dit que cet arbre est composé d'un bois divin, dans lequel un dieu peut habiter. Il a longtemps été le blason familial de nombreux prêtres shinto.

Le chêne est également considéré comme un symbole de prospérité pour les descendants des samouraïs, car les vieilles feuilles tombent après la croissance des nouvelles pousses.

A la base, son visuel a été introduit de Chine sans qu'on ne sache son utilité d'antan.

La fleur de glycine (藤)

De nombreux Kamon se composent de motifs floraux, dont les fleurs de glycine seules, tournées vers le haut et vers le bas. On appelait aussi ce Kamon "Fujimaru" car généralement sa forme était ronde.

Il s'est répandu dans tout le Japon comme blason de la famille Fujiwara, qui a donné naissance à de nombreuses familles nobles.

Le chrysanthème double de l'empereur (十六八重)

En voilà un 11ème spécifique !

Le chrysanthème double de l'empereur et les dessins similaires font l'objet de restrictions en vertu de la loi sur les marques, interdisant son utilisation commerciale.


Le blason japonais pour tous ?

Au cours de l'ère Meiji (1868-1912), comme nous l'avons vu, les armoiries familiales Kamon sont devenues si populaires qu'elles se sont banalisées auprès du grand public.

Cependant, chaque famille ne possède pas forcément un blason familial car les Kamon ne sont pas nécessairement requis ni enregistrés sur un document officiel concernant les individus (on ne le déclare pas à la naissance d'un enfant par exemple).

Il n'est donc pas surprenant que certaines personnes n'aient pas de blason familial Kamon. Il existe aussi des familles dont les armoiries des ancêtres ne sont plus connues depuis un certain temps

Généralement, les japonais qui souhaitent découvrir leur blason Kamon vont le rechercher sur les pierres tombales de leurs ancêtres, dans leurs affaire personnelles (sur leurs kimonos par exemple), auprès de proches ou simplement en contactant un "détective" spécialisé dans la recherche des armoiries familiales.

Comment faire son blason japonais ?

Etant donné que ce n'est plus totalement officiel, libre à chacun de créer son propre blason Kamon. Il existe tout de même quelques règles évidentes, comme ne pas utiliser le logo d'une marque (ou son Kamon d'ailleurs !), ni le Kamon de la famille impériale (Chrysanthème double - 十六 十一重菊).

D'ailleurs, évitez d'utiliser le blason impérial ! Ce n'est pas interdit de l'utiliser mais les japonais, par respect envers leur empereur, préfèrent en choisir un autre.

Evitez aussi d'utiliser le "Mitsuba Aoi" de la famille Tokugawa, le "Hokuho Kiri" de la famille Toyokawa et le "Rokubusen" de la famille Shinano au risque de subir des poursuites judiciaires.


Histoire des armoiries familiales

Les armoiries sont principalement utilisées en Europe, chez nous, présentent certaines similitudes avec les blasons des familles japonaises sans pour autant qu'une influence des cultures ne se soit faite.

L'écusson familial japonais identifie une famille liée à la lignée, et non l'individu. Ainsi, plusieurs familles qui proviennent d'une même lignée peuvent être identifiées grâce à leur Kamon.

Il est courant d'utiliser le même blason Kamon pour l'ensemble de la famille mais il parfois qu'une partie de la famille prenne de la distance. On dit alors que le blason concerne une famille dérivée de la principale, qui se distingue généralement par une légère différence par rapport au blason de la famille principale.

On dit qu'il existe entre plusieurs milliers et plus de 20 000 types de blasons familiaux, provoquant parfois des difficultés pour les japonais de retrouver leur lignée d'origine.

Les armoiries familiales sont nées pendant la période Heian (794-1185).

Durant cette période, les aristocrates ont commencé à apposer des écussons sur leurs meubles pour distinguer leurs biens de ceux des autres. Cette marque se voulait unique pour et représenter à elle-même la famille dans un milieu partagé.

À la fin de la période Heian (794-1185), les familles de samouraïs ont commencé à utiliser des armoiries familiales Kamon sur des bannières des champs de bataille. C'était un moyen pour eux de prouver leur valeur et de se distinguer les ennemis.

Au cours de la période Kamakura (1185-1333), le blason familial Kamon s'est imposé dans la société des samouraïs comme une marque obligatoire socialement.

Durant la période Muromachi (1336-1573), la coutume de coudre les armoiries familiales Kamon sur les vêtements est née parmi les familles de samouraïs.

Pendant la période des Shogun (États en guerre entre 1467 et 1573), les familles se battaient parfois les unes contre les autres en utilisant le même Kamon, provoquant la multiplication des variations des blasons familiaux pour se distinguer les ennemis.

Lorsque la période Edo (1603-1868) est arrivée, la guerre était terminée et les Kamon n'ont plus eu pour but de distinguer les ennemis de soi-même.

Les armoiries familiales ont fini par être utilisées non pas dans un but guerrier, mais comme un symbole du prestige et de l'autorité de la famille. À cette époque, les gens du peuple n'étaient pas autorisés à porter un nom de famille, mais ils pouvaient avoir des armoiries familiales. N'importe qui pouvait avoir son propre blason Kamon ! A condition de ne pas emprunter celui d'une personne d'un haut rang (un chef de guerre, un seigneur daimyo, etc.). Il n'était cependant pas interdit de s'inspirer de ceux de grands guerriers ou de grands acteurs pour créer son propre blason Kamon.

Pour les marchands et les artisans, le blason familial était important car il constituait une marque de leur identité commerciale. Les artisans spécialisés et les femmes aussi pouvaient concevoir leur propre Kamon.

Il était important pour les marchands et les artisans d'avoir leur blason familial Kamon comme marque de leur profession. Il y avait également des artisans spécialisés et des femmes qui concevaient leurs propres écussons.

De la fin de la période Edo à la période Meiji (1868-1912), le port d'un habit traditionnel japonais avec le Kamon de la famille est devenu courant. On commença aussi à graver les Kamon sur les pierres tombales des défunts, rendant encore plus populaire leur utilisation.

Après la guerre, avec l'introduction de la culture étrangère et du mode de vie à l'européenne, les occasions de porter le blason familial se sont faites de plus en plus rares et leur popularité a diminuée.

Aujourd'hui, les armoiries familiales Kamon ne sont utilisées que sur les vêtements de cérémonie, lors d'occasions solennelles.

Toutefois, dans les arts du spectacle et les commerces traditionnels, les armoiries familiales Kamon sont transmises de génération en génération avec grand soin.

Si vous souhaitez utiliser le contenu de cet article, vous pouvez obtenir une autorisation en me contactant directement et en faisant un lien direct vers cette page.